La Pensée Du Jour

Réalisations et  correspondances sélectes de
Sa Grâce Sriman Sankarshan Das Adhikari

Accueil |Pensées Du Jour | Conférences (en Anglais) | Autres Services| Galleries | Méditations sur la Bhakti Pure
 Offrandes |
Programme d’Étude pour une Parfaite Réalisation de Soi |La Bhagavad-gita Telle Qu'elle Est
Contactez-Nous | Quoi De Neuf?  | S'abonner aux 'Pensées du Jour'



Sa Divine Grâce
A.C. Bhaktivedanta
Swami Prabhupada

Le Cours Ultime de la Réalisation du Soi (tm)

L
e système d'entraînement le plus avancé du monde dans la réalisation spirituelle,  guidant des milliers vers la plus haute illumination.

Guidé et inspiré par le fondateur-Acharya de ISKCON: Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada

Consacré a achever une révolution spirituelle pour l'illumination de tous les êtres de cette planète.
 

Español                                                                                                                            Anglais


Sa  Grâce Sriman
Sankarshan Das Adhikari

Obtenez la miséricorde spéciale de Krishna en faisant du service de dévotion

Aidez Sankarshan Prabhu dans sa mission de répandre la conscience de Krishna partout dans le monde. Une donation singulièreou mensuelle peut se faire en ligne en allant ici :

Faire une contribution en cliquant ici

 

Un appel pour votre assistance

Sur l’ordre de son maître spirituel, Srila Prabhupada, Sankarshan Prabhu à dédié sa vie au travail extrêmement urgent de répandre la conscience de Krishna partout dans le monde. Le plus la conscience de Krishna se répand, le plus que la souffrance, le manque et la haine sur cette planète seront remplacés par la félicité, l’abondance et l’amour. Voici une opportunité dorée de faire le plus grand bien pour toutes les entités vivantes et de recevoir les bénédictions spéciales du Seigneur. Par conséquent, nous devons, au mesure du possible, sacrifier notre temps, notre énergie et nos ressources pour aider Sankarshan Prabhu dans son travail urgent. Si vous voulez participer d’une façon ou d’une autre, grande ou petite, veuillez écrire à Sankarshan Prabhu en cliquant si dessous :

Envoyer un courriel à Sankarshan Prabhu
 

L'itinéraire

de

 Sankarshan

Prabhu

 

Jeudi, le 30 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR :  La Demeure du Nectar Illimité

De Sri Vrindavan Dham

Par la grâce du Seigneur le plus miséricordieux, Sri Krishna, nous sommes de retour à notre demeure, de retour à Vrindavan. Si nous avons une demeure dans ce monde matériel, c’est ici à Vrindavan. Bien qu’il semble que Vrindavan soit un espace de 217 Km² à 144 Km au sud-est de Delhi, c’est en fait une réplique de la Goloka Vrindavan Suprême qui existe éternellement dans le ciel spirituel.

Tout comme l’ambassade d’un pays étranger est une manifestation de ce pays à l’intérieur d’un autre pays, Sri Vrindavan Dham est la demeure transcendantale du Seigneur, descendue dans cette existence matérielle pour nous donner une rampe de lancement pour nous permettre d’atteindre facilement la destination suprême, la Sri Vrindavan Dham originelle dans le ciel spirituel.

Nous irons visiter quelques-uns uns des endroits saints innombrables ici dans cette demeure de nectar illimité. Demeurez syntonisés pour recevoir plus de nouvelles.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE :

Requête : guidez-moi, s’il vous plait…

Je chante régulièrement 16 rondes par jour du Mahamantra Hare Krishna et je suis aussi les autres principes. Mon épouse chante également des rondes tous les jours. Pendant les derniers deux mois, je suis au chômage, sans pouvoir trouver un emploi convenable en dépit de mes meilleurs efforts.

Mon problème est que mon père n’est pas content. Il dit que c’est inutile de chanter 16 rondes puisque je ne fais pas mon devoir sérieusement, c’est à dire, que je n’ai pas de travail pendant les derniers deux mois. Il me dit que quand on ne fait pas son devoir sincèrement il est inutile de chanter, qu’aucun bénéfice sera obtenu en chantant.

Il dit aussi que l’on doit se souvenir de Dieu à l’intérieur de soi, dans le cœur, et qu’il n’est pas nécessaire de chanter les noms de Dieu et de montrer aux autres combiens de rondes on chante.

Mon père ne chante rien. En lui demandant ces raisons, il dit que Dieu est dans son cœur, et qu’il s’en souvient tous les jours, et puisqu’il exécute ces devoirs matérialistes, il n’a pas besoin de chanter.

Veuillez-bien me guider sur ce point.

Un dévot potentiel

Réponse : Écoute ton Père Originel…

Parfois Krishna met ses dévots dans des situations difficiles simplement pour accroître leurs sentiments de dépendance sur Lui. Mais il ne les laissera jamais s’affamer. Ne te préoccupe pas. Quelque chose te viendra.

Selon l’autorité des écritures védiques, la compréhension de ton père est incorrecte. Selon l’ordre de la Suprême Personnalité de Dieu, c’est notre devoir de chanter Ses saints noms autant que possible tous les jours. 16 rondes est le standard minimum.

Beaucoup de gens disent se souvenir constamment de Dieu à l’intérieur, bien qu’on puisse voir de l’extérieur qu’ils sont pleinement absorbés dans des attachements matériels. Si l’on pouvait voir ce qui se passe dans leur mental, on verrait qu’ils pensent à peine à Dieu.

Le fait est que quelqu’un qui pense constamment à Dieu chantera constamment aussi Ses noms, se prosternant à Lui, et Lui rendant toutes sortes de services. Ceux qui refusent de chanter Ses noms peuvent dire qu’ils sont conscients de Dieu, mais leur ‘conscience de Dieu’ sera de penser qu’ils sont eux-mêmes Dieu, et qu’en se servant eux-mêmes  ils servent Dieu.

C’est ainsi que la soi-disant conscience de Dieu pourrait être très populaire parmi ceux qui veulent continuer leurs attachements matériels, tout en se disant fièrement être déjà libérés, mais tout ceci ne nous libérera pas de ce monde matériel. Cela nous tiendra liés dans le cycle des morts et des renaissances.

Nous avons exécuté nos devoirs matérialistes pendant des millions d’existence. Et où donc sommes nous parvenus ? Nous demeurons toujours liés à la répétition de la naissance, la mort, la vieillesse et la maladie. Si nous voulons échapper le cycle des morts et des renaissances, nous devons maximiser notre écoute et notre chant et faire nos devoirs matérialistes seulement au point nécessaire pour subvenir à nos besoins matériels de base.

Sankarshan Das Adhikari

 

Mercredi, le 29 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR :  Joyeux Retour à Vrindavan

De Doha, Qatar

Quand vous aurez reçu cette édition de ‘La Pensée Du Jour’, nous espérons être de retour à Sri Vrindavan Dham,  la demeure du Seigneur Sri Krishna, la Suprême Personnalité de Dieu, chaque fois qu’Il visite ce monde matériel. En fait, pour ceux qui ont la vision pour Le voir, Sri Krishna est éternellement présent à Sri Vrindavan Dham. À ce regard, il est dit :

vrndavanam parityajya padam ekam na gacchati

« Krishna ne part jamais de Vrindavan, même pas d’un pas. »

Radha-kunda à Vrindavan, en Inde

En pénétrant dans la douce atmosphère transcendantale de Vrindavan nous ressentons tout autour de nous la miséricorde merveilleuse de Krishna, nous soulevant, nous bénissant et nous protégeant. Il n’y a rien de si sublime que cette douce miséricorde du Seigneur manifestée à Sri Vrindavan Dham.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE :

Question: Pourquoi perdre le temps à chanter?

Notre cycle vital est divisé en quatre étapes de 25 années chacune : l’ashram de Brahmacari (vie d’étudiant); l’ashram de Grihastha (vie de famille) ; l’ashram de Vanaprastha (la vie de retraite) ; et l’ashram du Sannyas (la vie de renoncement). Le Seigneur Lui-même nous commande d’exécuter nos devoirs fidèlement durant chaque cycle d’ashram qu’Il a assigné.

C’est seulement après avoir complété nos devoirs assignés dans l’ashram de Brahmacari et de Grihastha (50 ans) que nous devons nous détacher des liens de ce monde physique et nous préparer pour commencer le voyage vers Lui sur le sentier qu’Il nous a montré, et c’est seulement après avoir complété 25 ans dans l’ashram de Vanaprastha que nous devons entrer dans l’ashram de Sannyas et complètement nous abandonner à Lui.

Si c’est la direction du Seigneur Krishna Lui-même comme il est décrit dans la Bhagavad-gita, que simplement en se souvenant de Son nom au moment de la mort que nous pourrons L’atteindre, alors pourquoi perdre notre temps, notre énergie et notre vie à chanter les noms du Seigneur ?

Un dévot confus

Réponse : Chanter est notre unique espoir…

Ta compréhension n’est pas correcte. Tu dois te détacher des liens de l’existence matérielle immédiatement. La mort peut venir à n’importe quel instant.  Il y a deux sortes de vie de famille : le grihastha et le grihamedhi. Le grihastha est un homme de famille qui est détaché de ce monde. Un grihamedhi est un homme de famille qui est envieux et très attaché à ce monde.

L’ashram de grihastha est un lieu de culture spirituelle. Le grihastha demeure avec sa femme et ses enfants mais il en est complètement détaché, les regardant comme la propriété de Krishna à être engagé dans Son service.

Krishna nous a commandé dans la Bhagavad-gita de chanter Ses noms. Il ne nous dit pas que c’est seulement pour une classe d’homme. C’est pour tout le monde.

Krishna a énoncé la Bhagavad-gita à un grihastha, Sri Arjuna, en lui disant de se soumettre immédiatement. Arjuna n’était pas un vanaprastha ou un sannyasi.  Nous pouvons ainsi comprendre que tout le monde, le grihastha inclu, doit s’abandonner immédiatement aux pieds pareils-au-lotus de Sri Krishna.

Bhaktivinode Thakur était un grand acharya, un dévot pur du Seigneur. Pourtant il était chef de famille avec son travail et environs une douzaine d’enfants. Il n’y a pas d’obstacle pour devenir conscient de Krishna dans n’importe quel ashram, si nous sommes sincères.

C’est un fait que simplement en nous souvenant du Seigneur  au moment de la mort, que nous l’atteindrons. Mais il n’est pas facile de se souvenir de Lui au moment de la mort. Notre tendance naturelle au moment de la mort est que notre mental prenne refuge en cela à quoi nous avons été attachés toute notre vie. C’est pourquoi nous devons toujours faire appel aux saints noms du Seigneur avec amour et ainsi développer un attachement fort envers Lui. Si nous voulons avoir la bonne fortune de nous souvenir du Seigneur au moment de quitter ce corps, nous devons nous entraîner à fixer notre mental sur Lui en chantant un minimum de 16 rondes du Mahamantra Hare Krishna sur un chapelet de japa. Autrement, quand la mort arrivera, notre mental s’attachera à quelque désire matériel et nous prendrons renaissance dans ce monde matériel pour combler  notre désire.

Sankarshan Das Adhikari

 

Mardi, le 28 novembre 2006

De Manama, Royaume de Bahreïn

LA PENSÉE DU JOUR :  La Pluie au Bahreïn

Il est 3h49 du 27 novembre 2006. Dans trois heures nous partons du Royaume de Bahreïn pour une soirée de conférence et pour passer la nuit sur la péninsule prochaine de Qatar avant de continuer vers la sainte terre d’Inde. Ce fut une expérience très joyeuse pour nous d’être ici parmi tant de dévots merveilleux du Seigneur pratiquant ensemble si joyeusement la conscience de Krishna dans l’esprit d’une famille spirituelle amicale.

La pluie très inhabituelle qui accompagne ici notre visite est joyeusement reçue par les habitants de cette ile aride, bien qu’elle causa une inondation devant l’entrée du temple. Ceci causa une expérience intéressante lors de notre arrivée et notre départ du temple hier soir. Comment entrer et sortir de la voiture sans se mouiller les chaussures et les chaussettes ?

Les dévots ont trouvé la solution à notre problème.

Dans ce monde matériel le manque de pluie devient de plus en plus un problème dans un nombre croissant de lieux à travers le globe. Néanmoins, si les dirigeants du monde prenaient note des enseignements de la Bhagavad-gita, le manque d’eau peut facilement être résolu.

annad bhavanti bhutani
 parjanyad anna-sambhavah
 yajnad bhavati parjanyo
 yajnah karma-samudbhavah

« Le corps de tout être subsiste grâce aux aliments dont les pluies permettent la croissance. Et les pluies coulent du yajña, le sacrifice qu’accomplit l’homme en s’acquittant des devoirs qui lui sont prescrits. » Bhagavad-gita 3.14

Quel est le sacrifice prescrit pour cet âge ? Le chant en congrégation des saints noms de Dieu :

Hare Krishna, Hare Krishna, Krishna Krishna, Hare Hare
 Hare Rama, Hare Rama, Rama Rama, Hare Hare

Si pour nul autre raison que d’apporter la pluie, la population mondiale devrait chanter Hare Krishna.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE :

Question : La Preuve de l’Existence de Dieu

Si nous cherchons Dieu, il semble logique de dire que Dieu serait l’origine. Mais, si nous ne recherchons pas Dieu spécifiquement, nous pourrions aussi dire que toute chose trouve son origine dans des éléments de base et ceci aussi serait logique. Cette sorte de raisonnement n’indique pas la présence ni l’absence de Dieu.

Vous m’avez a présent indiqué une réponse possible à ma question, c’est-à-dire un échange avec Dieu. Ceci semblerait une preuve tangible de Son existence. Mais, jusqu’à présent je ne semble pas avoir reçu aucune communication de Dieu. Pouvez-vous m’expliquer quelle forme cet  échange prendrait ?

Je vous en remercie d’avance.

Avec mes respects amicaux,

Jeremy

Réponse : Selon le degré d’abandon…

Mais d’où proviennent les éléments de base ? Ceci tu ne l’explique pas. Tout ce que nous disons est qu’il existe une source originelle de laquelle tout provient. Le nom que nous donnons à cette source originelle ne pas aussi important que de comprendre qu’il y ait une source originelle et aussi de comprendre quelle est notre relation avec cette source originelle.

Dieu réciproque avec une personne selon le degré de soumission de cette personne. Ceci est expliqué comme suit par le Seigneur Sri Krishna dans la Bhagavad-gita :

ye yatha mam prapadyante
 tams tathaiva bhajamy aham
 mama vartmanuvartante
 manusyah partha sarvasah

« Tous suivent Ma voie, d’une façon ou d’une autre, ô fils de Prtha, et selon qu’ils s’abandonnent à Moi, en proportion Je les récompense. » Bhagavad-gita 4.11

Sankarshan Das Adhikari

 

Lundi, le 27 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR :  Expliquant la Science du Bhakti dans le Royaume de Bahreïn

De Manama, Royaume de Bahreïn

Il est maintenant 06h25, le 26 novembre 2006. Nous sommes arrivés hier dans le Royaume de Bahreïn, un petit pays islamique, riche en pétrole, sur une ile désertique dans le Golfe de Perse. Notre arrivée fut accompagnée par une pluie, rare occasion pour ce temps de l’année, suivie d’un bel arc-en-ciel, un signe de bon augure. Bien qu’étant un pays islamique, il y a ici une grande communauté de dévot de Krishna, qui consiste de travailleurs provenus de l’Inde. Hier soir, j’ai parlé à un rassemblement de plus de 100 dévots à un de leurs deux temples. Ce fut une expérience très plaisante de pouvoir décrire le processus glorieux de la conscience de Krishna à une audience si avide de le recevoir.

Pourquoi la conscience de Krishna est-elle si plaisante ? Parce qu’elle nous met en contacte avec qui nous sommes réellement. Elle nous retourne à notre identité originelle et éternelle en tant que serviteurs du Seigneur Sri Krishna, la Suprême Personnalité de Dieu.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE :

Question : La Conscience de l’Âme

Quand une personne qui n’est pas un dévot meurt, quelle est la conscience de l’âme après la mort ? Est-elle une conscience pure ? Ou bien, l’âme utilise-t-elle le corps subtil pour trouver de nouvelles façons de jouir ?

Ameeta

Réponse : Pure ou Impure…

Selon à quoi notre mental est attiré au moment de la mort, cela va déterminer quelle sera notre prochaine naissance. Si nous sommes attirés vers Krishna, nous atteindrons Krishna. Si nous sommes attirés vers quelque chose d’autre que Krishna, nous atteindrons cela.

La conscience pure veut dire absorption à 100% dans Krishna. Si notre mental est absorbé dans quelque chose d’autre que Krishna, ça veut dire que nous sommes piégés dans le corps subtil qui se compose du mental, de l’intelligence et du faux égo. Ce corps subtil nous transportera dans un autre corps brut, dans lequel nous pourrons à nouveau essayer bêtement de jouir de ce monde matériel.

Sankarshan Das Adhikari

 

Dimache, le 26 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR : Conquérir l’angoisse

De Bahreïn

Cette existence matérielle est pleine d’angoisse. Les inquiétudes ne peuvent pas être évitées parce l’inquiétude est la nature même de ce lieu. Le fait que nous ne voulions rien à voir avec l’angoisse est la preuve de notre nature spirituelle anti-matérielle. La méthode simple pour conquérir complètement toutes les anxiétés  est de raviver notre conscience illuminée originelle, maintenant endormie.

Cette conscience est à présent submergé au profond de nos cœurs. Mais elle peut être ravivée au moyen du système puissant de bhakti-yoga. Si nous sommes volontiers pour chanter le Mahamantra Hare Krishna et adopter quelques simples disciplines associées avec ce chant, nous pourrons facilement et rapidement réveiller notre identité spirituelle éternelle et ainsi facilement conquérir toutes les angoisses de l’existence matérielle.

Si nous chantons simplement ces noms avec amour chaque jour, nous pourrons témoigner un changement graduel et miraculeux dans notre conscience :

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare
Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Nous entrerons dans cet état sublime de conscience libérée complètement au-delà de ce chahut de naissances et de morts répétées.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Question: Comment surpasser la peur de la mort ?

Bien que nous soyons conscients qu’un jour ce corps devra périr et mourir, nous avons encore la peur de la mort. Pourquoi ? En plus du savoir et du détachement, il y a-t-il un autre moyen de surpasser la peur de la mort ?

Vijayaraghavan

Réponse : Réveiller le soi éternelle…

Parce que ta nature réelle est que tu es un être éternel et parce qu’à présent tu t’identifies avec ton corps matériel temporaire, tu aperçois la mort comme une menace à ton sens d’existence. Tu en as donc peur.

Pendant que tu demeure dans la conception corporelle de la vie, tu ne peux pas éviter la peur de la mort. La seule façon de se libérer de la peur de la mort est de réveiller pleinement ton identité spirituelle éternelle par le processus du service pure de dévotion au Seigneur, la conscience de Krishna. Un dévot du Seigneur, pleinement réalisé, aperçoit la mort simplement comme s’il allait d’une chambre à une autre. La mort n’est pas effrayante pour un dévot pur du Seigneur. En fait, pour le pur dévot, la mort est quelque chose qu’il attend avec enthousiasme. C’est le moment le plus merveilleux quand il sera récompensé pour une vie entière pleinement engagée dans le service du Seigneur. C’est le moment glorieux quand le dévot est permit de retourner au monde spirituel et regagner sa position comme un associé éternel du Seigneur dans ses passetemps transcendantaux doux et illimités.

Sankarshan Das Adhikari
 

Samedi, le 25 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR : Ils ne savent pas qui sont-ils

De Doha, Qatar

Dans ce monde matériel, personne ne connait leur véritable identité. Ils pensent qu’ils sont leur corps. Ce n’est pas étonnant que la frustration et la misère se trouvent partout dans la société humaine. Comment peut-on être satisfait quand on ne connait même pas qui on est ?

Les gens obtiennent temporairement un bonheur artificiel dans le faux sentiment d’être les maîtres de tout ce qui leur entourent. Mais ce bonheur illusoire est au mieux temporaire. Combien de temps pourra quelqu’un effectivement se considérer le maître de son entourage, quand tous ses projets pour le bonheur matériel sont érodés par la maladie, la vieillesse, et le flétrissement graduel du corps matériel jusqu’au point de la mort ? Dans la lumière de la nature misérable de l’énergie matérielle, il est simplement surprenant comment les gens s’attachent avec acharnement à la fausse notion d’en être les jouisseurs.

Pour obtenir le véritable bonheur, on doit se situer sur la plateforme véritable de l’existence, la plateforme spirituelle. Mais, égarés par les dirigeants déqualifiés, les gens sont sans compréhension scientifique de la nature transcendantale du soi. Et donc les gens souffrent inutilement vie après vie dans cette prison de l’existence matérielle. Ils pourraient être libres à n’importe quel instant, mais à cause de leur connaissance insuffisante, ils continuent à souffrir. Nous voulons leur aider. Nous voulons leur sauver. Mais ils pensent fièrement qu’ils connaissent mieux que Krishna. Que faire ? Quand nous essayons de leur instruire, ils rejettent notre aide.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Commentaire: Il semble que vous êtes attaché…

Je sais que c’est subtil, mais il semble que vous êtes attaché à ‘cette vie’ de missionnaire quand vous dites, « Je n’échangerais pas cette vie pour rien d’autre. »

Et pourquoi pas ? C’est une vie sattvique !

Votre commentaire, s’il vous plait.

Je suis à vous dans la vérité,

Alf

Réponse : La Perfection du Détachement …

Mon seul attachement est de plaire à mon maître spirituel, Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada. Je peux rester sur place ou je peux voyager. Ça m’est égal. Mais puisqu’il m’a commandé de voyager et de prêcher, il  est naturel que je ressente une grande satisfaction en le faisant. Lorsque le maître spirituel est satisfait, le disciple est satisfait.

Un tel attachement est la perfection du détachement parce qu’il nous détache d’une manière permanente de cette existence matérielle. Les autres types de détachements sont uniquement temporaires. Ils ne peuvent pas être maintenus indéfiniment.

Servir l’ordre de son maître spirituel est plus que sattvique. Il y a le sattva guna, la modalité matérielle de la bonté. Et puis il y a le suddha sattva, la bonté pure. La modalité matérielle de la bonté est parfois teintée avec des traces de la passion et/ou de l’ignorance. Mais le suddha sattva, la modalité de la bonté pure, est 100% libre de toute souillure de la passion et/ou de l’ignorance. Servir le maître spirituel authentique élève le disciple à la modalité de la bonté pure, le suddha sattva. Tandis que la modalité de la bonté nous qualifie pour débuter le sentier spirituel, la bonté pure est le comble de ce sentier.

Sankarshan Das Adhikari

 

Vendredi, le 24 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR : Sur une mission autour et autour du monde

De Doha, Qatar

Pendant notre vol d’Amsterdam à Doha, une hôtesse de l’air nous a demandés au sujet de nos voyages. Elle fut émerveillée d’écouter comment Mataji et moi voyageons constamment autour du monde, comment nous sommes à présent sur notre second billet dos-à-dos autour du monde, comment le jour même que notre premier billet d’avion autour du monde fut achevé, nous avons commencé un nouveau. Elle nous a demandés combien de temps nous allons continuer ainsi. Lorsque nous lui avons dit que notre plan est de faire ainsi le reste de notre vie, elle fut encore plus émerveillée.

Il est prédit qu’un jour viendra quand toute la population à travers le monde entier deviendra conscient de Krishna. Nos vies sont pleinement dédiées à chaque instant pour le provoquer aussitôt que possible. Je prie que je puisse vivre suffisamment longtemps pour le voir s’achever.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Question: la preuve de l’existence de Dieu?

Salut ! Je suis tombé sur votre site internet et je lis quelques-unes de vos pensées.

Pouvez-vous me prouver que Dieu existe ? Je sais que je ne peux pas prouver qu’Il n’existe pas. Mais je voudrais savoir si vous pouviez prouver l’existence de Dieu ?

PS Dans votre article du 15 novembre, vous faites l’argument que toute chose provient de quelque chose d’autre et que la source originelle de tout est Dieu. Ce n’est pas logique puisque cela implique que Dieu aussi doit avoir une origine. Par suite, Il/Elle ne serait pas un Dieu tout puissant, seulement quelqu’un avec plus de pouvoir que nous. Cela ne leur fait pas Dieu.

J’attends votre réponse

Jeremy

Réponse : Absolument !

Si quelqu’un a déjà décidé qu’il n’y a pas de Dieu, nous ne pouvons rien leur prouver. Mais, toutefois, si quelqu’un  a  vraiment le cœur ouvert, nous pouvons facilement leur prouver l’existence de Dieu.

Nous pouvons observer par notre propre expérience que toute machine requiert un opérateur. Aucune machine ne se met en marche toute seule. Il doit y avoir un opérateur. Nous pouvons aussi observer que cet univers fonctionne comme une machine gigantesque. Nous devinons que la machine universelle doit elle-aussi avoir un opérateur.

Dieu a une origine. Cette origine est Lui-même. Il est auto-manifesté, et tout autre chose qui existe est manifesté par Dieu.

Sankarshan Das Adhikari

 

Jeudi, le 23 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR : Un arrêt court mais doux à Amsterdam

D’Amsterdam, Hollande

Il est maintenant 10h35 mercredi, 22 novembre 2006. Nous sommes à l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, dans l’attente de notre vol vers Doha, Qatar au Moyen Orient. Ce fut un arrêt très court, de moins de 24 heures, à Amsterdam. Mais dans l’association des dévots se fut très, très doux.

Hier soir, j’ai fait une conférence sur le verset 3.21 de la Bhagavad-gita dans laquelle Krishna décrit qu’un dévot exemplaire élève la conscience du monde entier par son exemple. Voila ce dont le monde a besoin, aujourd’hui plus que jamais. Nous avons la nécessité d’âmes qui sont parfaites dans leur vie spirituelle, et qui peuvent, par leurs actions et leurs paroles, délivrer la planète du chaos.

Ce matin, j’ai parlé sur le verset 4.14.12 du Srimad Bhagavatam. Dans son commentaire, Srila Prabhupada décrit comment la population du monde profitera de tout bénéfice si les dévots s’absorbent simplement dans le chant du mantra Hare Krishna, sans devenir mêlés dans la politique.

Je suis le récipient de la plus grande fortune d’être engagé dans la plus grande activité bénéfique en présentant la science de la réalisation du soi autour du monde. Je n’échangerai pas cette vie pour rien d’autre.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Question : la Preuve de la Réalité Spirituelle…

Quelle est la preuve que la réalité spirituelle existe ?

Peut-on se soumettre à l’illusion et aussi à Dieu, c’est-à-dire un pourcentage à l’illusion et un autre pourcentage à Dieu ? En d’autres mots, qu’arrive-t-il avant de devenir complètement illuminé comme vous ? Une personne peut-elle être dans la conscience de Krishna et encore rester à un certain degré dans l’illusion pendant qu’elle pratique la conscience de Krishna, en chantant Hare Krishna, se souvenant du Seigneur, etc. ?

Indu Pati das

Réponse : Le Désire d’être Immortel est la Preuve…

Si la seule réalité fut ce corps matériel, il n’y aurait pas de désire dans l’être vivant d’être immortel. Son désire pour l’immortalité est la preuve de la réalité spirituelle.

Oui, il peut y avoir un mélange. Tu peux être 1% dans l’illusion et 99% conscient de Krishna. Mais si tu as uniquement 1% de désire matériels au moment de la mort, tu prendras naissance encore une fois dans ce monde matériel pour satisfaire ce désire. Tu doit donc devenir 100% absorbé dans la conscience de Krishna sans même un soupçon de désire matériel, même pas 0,00001%.

Si une personne exécute sincèrement les principes de la conscience de Krishna en tant que disciple initié d’un maître spirituel authentique, cela veut dire qu’elle diminue son illusion pas à pas et qu'elle avance sa conscience de Krishna jusqu’au point du service pur de dévotion, la conscience de Krishna à 100%.

Tu dois maintenant, avec toute sincérité et avec grands soins, t’absorber 24 heures par jour dans la conscience de Krishna pour atteindre aussitôt que possible le but de la Krishna bhakti pure.

Sankarshan Das Adhikari

Retour au début de la page

Mercredi, le 22 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR :  Tout ce que fait Krishna est bon

D’Amsterdam, Hollande

Il est 20h37, lundi le 20 novembre. J’écris pendant que nous volons d’Austin à Minneapolis. Notre vol est parti d’Austin très en retard. Nous aurons du déjà arriver à Minneapolis, mais nous avons encore à une demi-heure avant d’atterrir. C’est un grand problème parce que notre connexion de vol pour Amsterdam est très serrée. Normalement un vol se ferme 15 minutes avant son départ. Ce sera justement le moment de notre arrivée. Nous allons donc manquer notre connexion. Et ça pourra dire aussi que nous allons manquer notre connexion pour Doha, Qatar. Ce qui créera tant de problèmes. Que peut-on faire dans ces circonstances ? Tout ce qu’on peut faire est de chanter paisiblement Hare Krishna et se mettre dans les soins du Seigneur. Tout ce que fait Krishna est bon.

=======

Il est maintenant 2h55, heure de Minneapolis, mardi le 22 novembre. Nous survolons la pointe sud de Groenland au milieu de notre vol transatlantique. Krishna c’est très bien occupé de nous à Minneapolis. Au débardage de notre vol d’Austin, un employé de l’aéroport nous a demandés si nous allions à Amsterdam. Nous lui avons répondu dans l’affirmative. Il nous a indiqué qu’il avait un véhicule en attente pour nous porter immédiatement à la porte d’abordage. Mataji et moi, nous nous pressâmes sur la rampe pour border le véhicule. C’était vraiment la grâce de Krishna parce que nous n’y arriverions jamais à temps à pied. Nous n’avions que 60 secondes pour arriver à la porte de départ, qui se trouvait dans une autre terminale. Nous sommes montés dans le véhicule pendant que le chauffeur embarquait nos bagages à main. Il nous a conduits directement à la porte de départ sans attendre d’autres passagers. Lors de notre arrivée, tout le monde avait déjà abordé l’avion. Un employé de l’aéroport nous faisait signe de nous dépêcher vers la porte de départ, ce que nous avons fait. Ils gardaient l’avion pour nous. Tout ce que Krishna fait est bon !

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Question : Pourquoi quelques personnes meurent prématurément ?

Dans une conférence donnée en Avril 1968 dans la chapelle Marsh de l’Université de Boston, Srila Prabhupada a dit, « Du corps de bébé au corps d’enfance au corps de jeunesse, ta conscience continue. De la même manière, ta conscience te portera dans un autre corps, et cette transmigration d’un corps à un autre s’appelle la mort. Quand ton corps ne peut plus être maintenu, la conscience doit être transférée dans un nouveau corps. Quand ton vêtement est trop usé, il doit être échangé. Similairement, lorsque le corps matériel est trop vieux pour continuer, ta conscience est transférée dans un autre corps et tu commence une autre vie. C’est la loi de la nature. »

Si c’est la loi de la nature, pourquoi y a-t-il des personnes qui meurent dans leur enfance, leur jeunesse ou leur âge moyen ou même dans le sein de leur mère avant leur naissance ? Pourquoi ne mourront nous pas tous dans la vieillesse ?

Purnendu Baroowa

Réponse : Les réactions pécheresses…
Beaucoup meurent à cause des réactions karmiques de cette vie ou de vies précédentes. Ils ont commit quelque chose très coupable et doivent maintenant subir la réaction dans la forme d’un mort prématurée.

Sankarshan Das Adhikari

Retour au début de la page

Mardi, le 21 novembre 2006

LA PENSÉE DU JOUR :    Conquérant la tension nerveuse

D’Amsterdam, Hollande

Dans ce monde matériel nous devons souvent faire face à des circonstances très pressantes. Comment s’en occuper ? Krishna nous instruit dans la Bhagavad-gita que ce monde est plein de dualités. Tout comme le changement de saisons est inévitable, nous devons subir une variété de situations agréables et désagréables. La clef est de ne pas nous laisser affecter d’une façon ou d’une autre. Si nous ne nous laissons pas devenir excité quand les choses vont bien, nous nous mettons en position de ne pas être perturbés lorsque les choses vont mal.

Le transcendentaliste avancé comprend que, d’une perspective élevée, tout s’achève parfaitement selon le plan du Seigneur. Ainsi, il est toujours heureux en prenant plein refuge du Seigneur dans toutes les circonstances : soit dans les bonnes ou dans les mauvaises conditions.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Question : Au sujet du chant sur le chapelet …

Au sujet de tenir compte du chant du Maha mantra sur le chapelet de japa :

Y-a-t-il une certaine signification de compter le Maha mantra sur le chapelet de japa ?

Je sais qu’auparavant vous avez dit que si nous voulons maîtriser la science du chant que nous devons suivre dans les traces des mahajanas, les grandes personnalités illuminées du passé.

Mais je ne comprends pas la différence entre chanter 16 rondes sur le chapelet de japa ou d’utiliser une autre méthode de tenir le compte.

N’est-il pas vrai que le fait de tenir compte sur un chapelet de japa dégrade le chant du Maha mantra ?

Conseillez-moi, s’il vous plait.

Un aspirant dévot de Sri Krishna

Réponse : Nous devons suivre les Mahajanas pour connaître le succès…

Nous ne devons pas essayer d’inventer notre propre méthode de bhakti selon notre imagination fertile. Ces systèmes inventés de bhakti ne nous libérerons pas de cette existence matérielle. Nous devons plutôt suivre le sentier marqué par les grandes âmes libérées du passé. Ceci et ceci tout seul nous apportera notre délivrance. Puisque les grands âcâryas ont personnellement chanté sur le chapelet de japa, et puisqu’ils nous ont aussi donné l’ordre de le faire, c’est ce que nous devons faire. En suivant leurs instructions avec obédience, nous obtiendrons le succès et le bonheur. Par contre, si nous pensons fièrement, « Pourquoi devrais-je leur écouter et leur obéir ? J’inventerais ma propre méthode » nous ne pourrons pas nous établir solidement sur le sentier du retour à Krishna, notre vrai demeure dans le monde spirituel.

Les grands âcâryas prescrivent que nous devons chanter les saints noms en tenant compte sur un chapelet de japa. Il n’y a pas question que chanter sur le chapelet de japa dégrade le chant. En fait, c’est tout à fait le contraire. Chanter sur le chapelet de japa intensifies la concentration du mental au niveau transcendantal. En engageant nos différents sens dans le chant des saints noms, le mental devient capturé dans l’océan transcendantal du nectar des noms. Nous engageons la langue à prononcer les noms. Nous engageons les oreilles à écouter les noms. Et nous engageons le sens du toucher en comptant notre chant sur le chapelet de japa. De cette manière, le mental, qui est le pivot central des sens bruts, devient automatiquement absorbé dans les noms.

Le mental peut être notre meilleur ami ou notre pire ennemi. Si nous absorbons pleinement le mental dans les noms, il devient notre meilleur ami. Si le mental n’est pas absorbé dans les noms, il est notre pire ennemi. Avec intelligence, nous devons être d’accord d’accepter tous les moyens qui nous sont donnés par la grâce de Sri Krishna et absorber pleinement notre mental dans Ses noms transcendantaux pleins de douceur illimitée :

Hare Krishna Hare Krishna Krishna Krishna Hare Hare
Hare Rama Hare Rama Rama Rama Hare Hare

Sankarshan Das Adhikari

Retour au début de la page

Lundi, le 20 novembre 2006

De l’ashram Bhaktivedanta à Austin, au Texas

LA PENSÉE DU JOUR :

Encore une fois en route, cette fois-ci vers le Moyen-Orient

Il est parfois dit que faire les voyages raccourcit la durée de vie, et donc les personnes qui me sont bienveillantes parfois me conseillent de ne pas voyager autant. Mais ce n’est pas comme si en restant sur place que je deviendrais immortel. C’est plutôt en suivant les instruction de mon maître spirituel, Srila Prabhupada, que je pourrais entrer dans le royaume de l’immortalité. Quelles sont ses instructions à cet égard ? Elles sont comme suit :

« Chaitanya Mahaprabhu voulait que ses suivants parcourent partout dans le monde pour prêcher dans chaque ville et chaque village. Dans la Chaitanya-sampradaya, ceux qui suivent strictement les principes du Seigneur Chaitanya doivent parcourir le monde entier pour prêcher le message du Seigneur Chaitanya, qui équivaut à prêcher les mots de Krishna – la Bhagavad-gita et le Srimad Bhagavatam. Le plus que les dévots prêchent les principes du Krishna-katha, le plus les gents du monde entier pourront en bénéficier. »

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Question : Se souvenir de Krishna 24/7…

Comment pourrais-je me souvenir de Krishna 24/7 ? Cela arrive-t-il par la miséricorde du maître spirituel ou par la miséricorde de Krishna ?

Raghu

Réponse : Par la miséricorde combinée…

Par la miséricorde combinée de Sri Guru et de Sri Krishna, nous sommes bénis avec l’opportunité de se souvenir de Krishna constamment. La façon de prendre avantage complètement de leur bénédictions est de suivre strictement leurs instructions. En faisant ceci, nous demeurerons toujours conscients de Krishna en tous temps, en tous lieux et en toutes circonstances.

Sankarshan Das Adhikari

Retour au début de la page

Dimanche, le 19 novembre 2006

De l’ashram Bhaktivedanta à Austin, au Texas

LA PENSÉE DU JOUR :

S’échapper de la Prison de l’Illusion

Ce n’est pas facile de devenir conscient de Krishna dans une atmosphère qui est complètement surchargée de la conscience corporelle. L’énergie matérielle nous maintient prisonniers depuis des millions de naissances et ne nous lâchera pas facilement de sa poignée. Nous sommes solidement ancrés dans la conception que je suis un homme ou une femme ou que je suis citoyen de telle ou telle nation. Toutes ces conceptions sont fausses, basées sur l’identification erronée du soi avec la matière. Partout où nous tournons cette illusion est raffermie, dans tous les panneaux d’affichage, toutes les revues, tous les sites internet, etc. S’échapper de cette prison de l’illusion n’est donc pas une tâche facile. Elle requiert un effort maximum. Nous devons faire notre attentat de devenir conscient de Krishna le centre de notre existence. Nous devons désirer  et nous efforcer intensément de devenir des êtres spirituellement illuminés, si nous allons trouver le succès dans la bataille contre l’illusion.

La bonne nouvelle est que Krishna est situé dans notre cœur. Il nous observe et nous attend, depuis des millions de naissances dans cette existence matérielle, que nous nous tournions vers Lui. Aussitôt que nous nous tournons vers Lui, Il nous donnera tout le soutient et l’encouragement nécessaire. Il veut notre succès, et tout agit sous Sa direction. Ceci nous donne l’opportunité à 100% de trouver le succès dans nos efforts pour atteindre la perfection spirituelle.

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Trois questions de la Chine…

1)      Quelle est la relation entre un disciple et son guru ? Par exemple, avez-vous toujours maintenu contact avec votre maître spirituel Srila Prabhupada ? Avez-vous demeuré ensemble tout le temps ou simplement le rencontrer une foi par ans ? A quel intervalle vous lui rendiez la visite ?

2)      Puisqu’un néophyte n’a pas la force suffisante pour contrôler son mental et ses sens, il existe la chance pour tomber accidentellement. Il y a beaucoup d’objets des sens dans le monde, et même si un dévot y pense un peu, il sera forcé dans son cœur de commettre un péché. Comment éviter cette chute accidentelle ?

3)      En Chine, il y a des écoles ou des entreprises qui souvent distribuent la nourriture aux étudiants ou aux employés à l’occasion de festivals. Cette nourriture souvent contient la viande ou les œufs. Que feriez-vous dans cette circonstance ? Si vous refusez l’offrande de viande, les gens vous haïront  pour leur avoir fait perdre face. Si vous ne le refusez pas et vous l’acceptez, que feriez-vous avec cette nourriture ? La jeter dans la corbeille ou la donner aux chiens ? Ou bien à quelque autre usage ? (Cette nourriture est très chère)

 Votre dévot en Chine,

Zhang Lei

Réponse : Trois réponses selon la sagesse védique …

La relation entre le guru et le disciple est basée sur les instructions. Le guru donne ses instructions et le disciple suit ces instructions. Voici comment le disciple demeure toujours en contact avec son maître spirituel. Il suit toujours ses instructions  en tout lieu, en tout temps et en toutes circonstances.

J’ai eu l’association physique de mon maître spirituel seulement en quelques rares occasions et j’ai reçu quelques lettres personnelles de lui. Mais la partie principale de ma relation avec lui est mon dévouement complet à suivre ses instructions. De cette manière, je suis toujours dans son association même après son départ de ce monde matériel en 1977.

On peut tomber à tout instant. On doit donc toujours méditer et adorer les instructions reçues du maître spirituel de chanter tous les jours au moins 16 rondes du mantra Hare Krishna et de suivre strictement les principes régulateurs de la liberté.

Tu peux dire à la personne qui veut te donner un cadeau de viande que tu apprécies beaucoup son désire de te donner un cadeau, mais parce que tu n’en as pas besoin, elle peut donner la viande a quelqu’un d’autre.

Sankarshan Das Adhikari

Retour au début de la page

Samedi, le 17 novembre 06

De l’ashram Bhaktivedanta à Austin, au Texas

LA PENSÉE DU JOUR :

« L’océan de la Miséricorde Illimitée » 

Un océan de miséricorde illimitée a pris la forme d’un raz de marée et elle inonde à présent la planète Terre. Ceux qui sont les plus fortunés le reconnaîtrons et en prendront plein avantage en y plongeant aussitôt que possible. Parce que le refuge de cet océan est ce que tout le monde désire ardemment du plus profond de leur cœur, même ceux qui le dénient graduellement viendront à le reconnaître et y prendre plein refuge. 

Quel est cet océan de miséricorde illimitée ? C’est la gentillesse amoureuse, extraordinaire et illimitée de Sri Chaitanya Mahaprabhu. Il est la Personne Suprême Elle-même, prenant la forme de Son dévot pour nous enseigner personnellement par Son exemple comment arriver facilement a la plus haute perfection spirituelle. Il n’y a rien de plus agréable que de plonger dans les vagues de la miséricorde de Sri Chaitanya Mahaprabhu.

Venez donc ! L’eau est si douce !

Sankarshan Das Adhikari


RÉPONSES SELON LA VERSION VÉDIQUE : 

Question :  Doit-on chanter sur un chapelet?

Pourquoi est-il si important de réciter les 16 rondes du Maha Mantra Hare Krishna  sur un chapelet de japa et non pas en d’autre forme telle que de conter sur les doigts ?

Mahendra

Réponse : Nous devons suivre les Mahajanas…

Toutes les manières de chanter le Maha Manta Hare Krishna sont bénéficiales. Pourtant, si nous voulons maîtriser la science  du chant, nous devons suivre dans les traces des Mahajanas, les grandes personnalités illuminées du passé. La sagesse védique nous l’indique :

mahajano yena gatah sa panthah

“Pour le succès dans la vie spirituelle, l’on doit suivre le sentier ouvert par les mahajanas. »

Les Mahajanas nous ont instruits que nous devons chanter notre nombre prescrit de rondes journalières de mantras sur un chapelet de japa mala. Par contre ils ne nous ont pas instruits  de chanter nos rondes sur nos doigts, sur un ‘clicker’, ou rien d’autre que sur un chapelet.

Si nous essayons de fabriquer notre propre version du système de bhakti, nous ne trouverons pas le succès de la perfection de notre conscience.

Sankarshan Das Adhikari

Retour au début de la page

Le mois précédent

Hit Counter